Résumé :

Que s’est-il vraiment passé à bord de la chaloupe sur laquelle ont vogué, pendant vingt et un jours et vingt et une nuits, les rescapés de l’Impératrice Alexandra ? C’est ce que tente de déterminer le tribunal de Boston, en cet été 1914. Trois femmes se retrouvent sur le banc des accusés : Grace Winter, mariée depuis 10 semaines et veuve depuis 6, et deux de ses compagnes d’infortune. La lune de miel de Grace et Henry vire au cauchemar lorsqu’une explosion provoque le naufrage du transatlantique Impératrice Alexandra en route vers New York. Séparée de son mari dans la panique, Grace monte à bord d’une chaloupe avec 38 autres passagers. Or cette dernière, surchargée, menace de chavirer à tout moment, les secours tardent à venir, les rations s’amenuisent au fil des jours, les inimitiés naissent et une certitude se fait jour : pour que certains survivent, d’autres vont devoir mourir…

Année de parution française : 2012

lesaccusées

Mon avis :

J’ai découvert ce livre, grâce à la page facebook, des éditions Fleuve Noir. La première chose qui m’a interpelé, c’est la couverture, l’illustration est sublime, ensuite le titre m’a surprise, j’ai donc lu, la quatrième de couverture, et je me suis dis, ce livre est pour moi.

Dans ce livre, nous suivons le personnage de Grace qui est en prison, elle nous conte, son histoire tragique : Le naufrage du navire « Impératrice Alexandra », et sa survie à bord d’une chaloupe, surchargée de 39 passagers, dans l’immensité de l’océan Atlantique, avec peu de vivre, et peu d’eau douce.

Le récit est alterné, entre le procès de Grace qui est accusée de meurtre, avec deux autres survivantes, et la survie à bord de la chaloupe. Nous ne savons pas qui est la victime du meurtre, ni quelles sont les deux autres co-accusées, ni si d’autres personnes ont survécues.

J’ai aimé ce livre, même si je pensai y trouver plus d’actions et de suspenses, et qu’au contraire j’y ai trouvé beaucoup de descriptions et de longueurs. L’écriture est agréable, quoi qu’un peu trop descriptive. Le personnage de Grace est beaucoup trop effacé, mais en même temps c’est peut être ce qui l’a sauvé, (je n’en dis pas plus), donc c’est excusable. 

Je vous recommande cette lecture, qui fait tout de même réfléchir, même s’il s’agit d’un roman et non d’une histoire vraie, posez-vous ces questions : Quand il est question de survie, ou s’arrête l’humanité ?  Qu’est ce qui différencie encore l’homme de l’animal ?

 Ce livre est paru Aux éditions Fleuve Noir en 2012